Yamaha XJ400 by Gazzz Garage

Navigation par :

À l’écoute de…
KEATZI GUNMONEY Wayfaring Stranger
Album : Prayerdust Ozland Original Soundtrack (2014)


Nous sommes habitués à voir de magnifiques café racers qui sortent des ateliers d’Europe, mais aujourd’hui, nous nous aventurons un peu plus loin à l’Est. Cette Yamaha XJ400 vient tout droit de Kiev en Ukraine. L’Ukraine a été sur les écrans de télévision pour de mauvaises raisons ces derniers temps, il est bon d’apporter un peu de bonnes nouvelles : il y a une scène moto en plein essor et elle a engendré ce café racer très soigné.

Nazar Poznyakovsky pilote depuis qu’il a quatorze ans et « bricole » depuis ses dix-sept ans. Sous les auspices du nom Gazzz Garage, maintenant il répare et prépare des motos. Il y a une petite histoire avec cette Yamaha XJ400 de 1979. Nazar l’a achetée il y a plus de dix ans, l’a réparée et vendue sans jamais s’attendre à la revoir. Ensuite, elle a ressurgi à nouveau dans son viseur suite à un accident et elle était située à 250 kilomètres. Après un long voyage à travers les routes enneigées, Nazar l’a entassée dans le coffre d’une petite voiture d’un ami et l’a ramenée chez lui.

Yamaha XJ400 by Gazzz Garage : les caractéristiques

Il ne reste que très peu de la moto d’origine. Le cadre est toujours là mais il a été modifié. Le moteur est maintenant celui d’une XJ600, optimisé avec un bloc-cylindres de XJ600 Diversion et l’égalisation et le polissage de la culasse. Il est relié à un ensemble de filtres à air et une ligne d’échappement Sebring 4-en-1. Nazar a repeint le moteur lui-même dans un four de fabrication maison. Sous la selle, il y a une boîte sur-mesure pour abriter le nouveau câblage électrique et juste devant celle-ci se trouve des grilles de protection pour les filtres.

« Un triangle de cadre vide et pas de garde-boue avant donnera toujours un bon look… » explique Nazar « …mais seulement avant la première virée sous la pluie. J’ai des milliers de kilomètres sous des trombes d’eau et des centaines sous des chutes de neige et je garde toujours cela à l’esprit. »

La suspension porte la signature d’un constructeur ayant du sens pratique. À l’avant il y a une fourche de FZ600 de 26mm avec un système de pression d’air modifié. Elle est liée au cadre avec le té inférieur du XJ600 et le té supérieur du FZ600. La FZ600 a également fait don de son système de freinage, relié par des tuyaux d’acier tressé Hel. Les amortisseurs arrière sont des pièces de Kawasaki Zephyr entièrement réglables et modifiées avec des ressorts de Honda CB400 Super Four. Ils sont attachés à un bras oscillant de Honda XL600R lui aussi modifié.

Crédits Photos ©Nazar Poznyakovsky

Les deux jantes de 17 pouces tubeless proviennent d’une Honda XL600RM. L’avant est lié à un moyeu de Yamaha XV750 avec des rayons sur-mesure tandis que l’arrière conserve le frein à tambour de la XL600. Les pneus sont des Pirelli : un MT60 à l’arrière et un MT90 à l’avant. Ils sont classés comme des gommes pour le trail mais se comportent très bien sur route. Le réservoir est encore un autre intrus pris sur une Kawasaki Z650. Il a été équipé d’un robinet d’essence de Suzuki GS750 et d’un très chic bouchon de réservoir – jauge de carburant de QSPS.

Le poste de pilotage comprend un phare de 6 pouces ¼ de style Bates, des clignotants Daytona et un tableau de bord numérique Acewell « tout-en-un ». Les poignées sont de Motomi et les soufflets de fourche en caoutchouc de MotoLanna. Nazar a également fait à la main le garde-boue avant, les repose-pieds, le support de plaque d’immatriculation, le carter de chaîne et les supports de clignotants et du radiateur d’huile. La paire de demi-guidons et les rétroviseurs sont aussi issus de son travail.

« J’ai fait beaucoup de pièces à deux reprises, » admet-il. « Une fois juste pour vérifier leur fonctionnalité et ensuite pour affiner le style. »

Quand tout est parti pour le peintre, Nazar a réalisé soudain qu’il ne savait pas quoi mettre sur le réservoir. Donc, avec l’aide de ses amis, il a finalement conçu un logo Gazzz Garage. Les découpes sur les flancs latéraux sont une référence au nom de la moto « Eight Ball ».

Il a fallu à Nazar deux années complètes pour achever sa Yamaha XJ400, entravé par des ressources limitées et les troubles politiques dans son pays. Mais contre toute attente, il a fait un travail formidable. Comment dit-on en ukrainien « la persévérance paie » ?

Traduction de « Eight Ball: A Yamaha XJ400 cafe racer from Kiev » par Wesley Reyneke ©BIKEEXIF

Et vous, vous en pensez quoi ?