BMW R60/2 Northern ReStory

Comme vous le savez maintenant, mon travail de bureau a tendance à être la source de nombreuses nouvelles relations menant à ma vieille grange qui se trouve en Alaska. Une partie de ce travail de bureau consiste à sortir pour prendre des photos des maisons des clients pour les qualifier dans le cadre de l’assurance habitation. Donc, un vendredi après-midi couvert et bruineux, j’étais dans une région bien connue de l’Alaska. Et je n’étais pas pressé de revenir au bureau. J’étais plus intéressé par boire une tasse de café et conduire dans les environs.

J’ai remarqué une brocante qui avait lieu à côté de la maison où je prenais des photos. Il y avait des signes révélateurs que c’était une vente d’un garagiste : beaucoup d’outils sur des tables faites de tréteaux et de feuilles de contreplaqué, du matériel d’exploitation minière couvert de bâches et plus encore. Alors quelque chose a attiré mon attention au-delà des tréteaux et des bâches.

Juste au-delà du garage, il y avait un objet recouvert d’une bâche appuyé contre un arbre. Je pouvais dire que c’était une moto en raison de sa taille et des deux roues qui n’étaient pas couvertes. Alors je me suis dit,

« Merde, je suis déjà ici et il n’y a aucun moyen que cette affaire me laisse tranquille. »

Donc, j’ai garé la voiture et me suis approché pour me présenter. J’ai dit avec désinvolture,

« Oh, et je vois une moto là-bas. »

Le monsieur chargé de la vente m’a dit :

« Ouais, allez jeter un coup d’oeil. »

Quand je me suis approché de la moto, j’ai reconnu une fourche à balancier comme les fourches BMW Earles. Ce devait être l’un des deux modèles et deux d’entre eux étaient sur ma liste « must have ». Effectivement, nous avons découvert la moto et révélé une BMW R60/2 de 1968, le modèle avec une compression plus faible pour l’utilisation en side-car. J’ai foncé chez moi tout tremblant d’excitation pour récupérer ma remorque et passer par la banque. Après avoir chargé la moto, j’ai fait ce que je fais toujours : j’ai demandé que l’on me raconte l’histoire de la moto.

Le monsieur à qui je l’ai acheté avait un ami qui était en difficulté financière. Ce dernier lui a demandé s’il serait prêt à détenir la moto et des outils en échange d’un prêt à court terme. Ni l’ex-ami maintenant, ni l’argent ne sont jamais réapparus. Ainsi, le nouveau propriétaire a palettisé la moto qu’il a ensuite stockée dans le haut de son entrepôt. Et le haut de son entrepôt est l’endroit où la moto a végété pendant 11 ou 12 ans ; loin des yeux, loin du cœur. Une chose en amenant une autre, il a retiré la moto de sa palette, l’a appuyé contre l’arbre et l’a recouvert d’une bâche en vue de la vente. Et peu de temps après, je passais par là. C’est le destin qui l’a voulu.

Et voilà comment la construction de la moto BMW R60/2 Edition Louboutin a commencé.

Nous avons emmené la moto dans la salle d’attente de mon bureau où elle a été exposée pour que les clients puissent en profiter. Après quatre mois où les gosses ont grimpé dessus et les occasionnelles évocations de souvenirs des adultes, nous l’avons finalement déplacé hors du bureau pour commencer à la démonter à l’écart. Je me suis dit,

« Je peux faire cela tout seul dans mon garage ou je peux transformer l’occasion en fiesta. »

J’ai commandé des pizzas et apporté de la bière ; des amis et l’équipe de Sons of Winter Production se sont joints à nous pour essayer une nouvelle technique de time-lapse. Environ 20 personnes faisaient partie de la séance de démontage et vous pouvez voir la courte vidéo en bas de cet article.

La moto a subi une mauvaise restauration les années précédentes et il n’y avait plus aucune trace de la peinture originale. Il n’y avait aucun moyen pour la récupérer donc ce serait une préparation avec restauration/modification. Avec l’aide de Steve, nous avons converti le système électrique en 12 volts et tout remplacé avec des nouveaux joints et tout le reste en cours de route. Donc, elle était 100% nouvelle de haut en bas avec les numéros de série du moteur et du cadre qui correspondent.

Il s’était passé un peu plus d’un an entre le moment où j’ai acheté la moto jusqu’à celui où nous l’avons dévoilé dans l’atelier en utilisant la même recette que notre précédente construction : trois à cinq personnes qui travaillent ensemble pour ramener à la vie une moto vintage.

La Norton Commando 750 a été notre première occasion pour se déguiser en costume d’époque et avoir du plaisir à créer quelques précieuses photos de famille. La BMW R60/2 Edition Louboutin a été notre deuxième occasion. Et cela m’a fait réaliser comment ce passe-temps avait évolué en une affaire de famille. Ma femme prend beaucoup de plaisir à produire tous les costumes et les robes, les coiffures et le maquillage. Ensemble, nous collaborons sur les choix du lieu et du photographe et parfois j’aide à la logistique en réservant des espaces et en gérant la programmation. Mais elle assume essentiellement la production.

Je récupère et construit la moto et, naturellement, reçois les suggestions de ma femme en cours de projet au sujet des couleurs et des caractéristiques. Nous avons décidé de modéliser cette moto d’après Christian Louboutin, le créateur français de chaussures et de sacs à main de luxe, et sa signature de semelles laquées rouge.

Comme je l’ai dit, cette construction particulière est devenu une affaire de famille : tout le monde a été impliqué du début à la fin. Il s’agit de notre premier vrai passe-temps familial dans lequel nous nous épanouissons dans la mesure de nos ressources financières et de notre temps.

La séance photo de la Louboutin a mis la barre très haute pour nous. Tenue à la mi-novembre 2015 sur la 5ème Avenue du centre-ville d’Anchorage, elle impliquait une flopée impressionnante de variables et une logistique pour être réalisée comme nous l’imaginions. Nous avons déposé un permis pour fermer les deux voies de la 5ème Avenue pendant plusieurs heures. Nous avons réservé des places de stationnement et des restaurants. Nous avons aligné des figurants et des voitures anciennes des années 1950 (une tâche pas évidente car la plupart des amateurs de vintage avaient remisé leurs voitures pour la longue saison hivernale avant la mi-novembre). Nous devions trouver des costumes et des coiffures d’époque et réaliser le maquillage pour les dames. Et le résultat final a dépassé nos attentes.

Je fais peut-être acte de divination mais je vois que l’engagement de ma famille et de la communauté des personnes impliquées dans le processus de préservation des morceaux de notre passé va devenir plus grand à l’avenir.

Traduction de « A Family Affair » par Erik Christensen ©Northern ReStory (précédemment Northern Cafe Racers)


Crédits Photos ©Northern ReStory / Crédits Vidéo ©Nomad Cinematics (précédemment Sons of Winter Productions)

Une pensée sur “BMW R60/2 by Northern ReStory”

  1. R60 ou R75, promis un jour j’en aurais une dans ma grange, prête à partir sillonner sur les routes. Let’s make my dream come true!

Et vous, vous en pensez quoi ?