Honda CX500 Auto Fabrica

Face à une Honda CX500 dans l’atelier, la première chose que la plupart des constructeurs font est de modifier le cadre. Il semble maladroit et tombant et la solution habituelle est soit de tromper l’oeil, soit de sortir le poste à souder. Mais Auto Fabrica a décidé de suivre son mouvement. Une fois qu’ils ont dépouillé complètement la moto jusqu’au châssis pour élaborer leur design, ils sont tombés amoureux de sa ligne unique.

« La surprise réside dans le cadre avec une telle forme organique et un profil vraiment génial », explique le co-fondateur Bujar Muharremi.

« Nous avons joué avec l’idée de le retravailler mais c’est devenu un peu un plaisir coupable. Nous avons décidé de nous remettre en question et de le faire paraître utile et esthétique. »

Honda CX500 by Auto Fabrica : les caractéristiques

Donc, les gars ont simplement nettoyé le cadre controversé avant de déterminer un profil de carrosserie complémentaire. Un réservoir en aluminium formé à la main a fait l’unanimité ; une pièce élancée qui coule de façon transparente sur un perchoir trapu.

La carrosserie est impressionnante, presque liquide dans sa forme. Il y a des réminiscences de la Yamaha XS650 « Type 6 » qui a fait la couverture de The Ride: 2nd Gear.

« La type 6 était un exercice de formage des métaux qui poussait nos compétences en design et en ingénierie à un autre niveau », explique le directeur de la création Bujar Muharremi.

La Honda CX500 « Type 8 » a un traitement similaire, et une fois encore, ce sont les petits détails qui enfoncent le clou.

Crédits Photos ©Auto Fabrica

Le bouchon de réservoir est un modèle « Pop-Up ». Et la selle est un vrai chef-d’œuvre. Elle est recouverte d’un cuir noir perforé, avec une plaque logo et des œillets qui révèlent discrètement les reflets d’un cuir beige.

La ligne de la Honda a été encore travaillée en raccourcissant la fourche et en l’équipant de ressorts Maxton. Des amortisseurs Hagon s’imposaient à l’arrière et les disgracieuses jantes Comstar du CX500 ont été abandonnées pour des modèles rayonnés. A l’avant, c’est une pièce de 19 pouces d’une CB450 TLS et à l’arrière une jante de 16 pouces liée à un moyeu Honda. Elles sont toutes les deux chaussées en pneumatiques Shinko.

Sous le capot, le moteur a été reconstruit avec des culasses haute qualité pour des performances supplémentaires. Les carburateurs ont été reconditionnés et réglés et fonctionnent maintenant avec des filtres en mousse. L’élégante ligne d’échappement est une exclusivité courbée à la main à partir d’acier inoxydable.

« C’était une partie de la moto où il nous a semblé que nous pouvions nous lâcher, » dit Bujar, « alors nous avons opté pour un design tout en torsion. La solution est d’éviter toutes les lignes droites, c’est devenu un grand défi, mais cela a bien fonctionné. »

Dans le style d’Auto Fabrica, tout a été dissimulé d’une quelconque façon. Le feu arrière est une discrète pièce à LED fait maison qui se cache près de l’amortisseur du côté droit. À l’avant, le té de fourche a été dégagé proprement, avec un petit compteur numérique Motogadget monté devant lui. Les bracelets sont en acier inoxydable avec des commutateurs intégrés.

Les deux « Type 8 » et « Type 6 » sont actuellement à Genève dans le cadre d’une exposition célébrant l’art mécanique dans la M.A.D. Gallery de l’horloger MB&F. Étant donné que les horlogers suisses en connaissent un rayon sur le travail du métal, c’est un bel hommage.

Traduction de « Don’t Fight It, Feel It: Auto Fabrica Embraces The CX500 » par Wesley Reyneke ©BIKEEXIF

Et vous, vous en pensez quoi ?