Honda CB750 by Clockwork Motorcycles

Puressence Only ForeverÀ l’écoute de…
PURESSENCE This Feeling
Album : Only Forever (1998)


Il y a une élégante beauté chez Clockwork Motorcycles. Des douzaines de pièces fabriquées à la main mises en œuvre avec une précision micrométrique, dans un mouvement qui est plus que la somme de ses différents composants. Contemplant les motos minutieusement reconstituées par Samuel Guertin, il est peu étonnant qu’il ait adopté le nom de « Clockwork Motorcycles » pour son atelier situé à Montréal.

Nous avions déjà présenté le travail de Clockwork Motorcycles et une fois encore, c’est une autre des Honda CB750 intemporelles de Samuel qui a attiré notre attention. Simple, épurée et exceptionnellement jolie. Comme Samuel l’explique, ce résultat final est un long chemin depuis le début…

« Le client m’a apporté une moto de base que la plupart aurait déjà considéré comme une cause perdue. Le moteur était loin de fonctionner, le réservoir était plein de trous et presque tous les écrous et les boulons étaient abimés ou rouillés. »

Pas du genre à être dissuadé, Samuel a décidé de continuer et de donner une seconde vie à cette machine négligée.

Honda CB750 by Clockwork Motorcycles : les caractéristiques

« Nous avons complètement mis en pièces la moto et commencé à travailler. Le moteur a dû être complètement reconstruit avec de nouveaux pistons et segments surdimensionnés, une révision de la culasse et la rectification des sièges de soupape. »

Crédits Photos ©Cimon Brouillette Photography

Une fois le moteur reconstruit, l’attention s’est tournée vers le cadre et la carrosserie.

« La boucle arrière a été raccourcie et toutes les pattes superflues ont été coupées et polies. Pour la carrosserie, il a fallu beaucoup de temps pour restaurer le vieux réservoir rouillé. »

Une fois qu’il fut prêt, le réservoir a été envoyé aux peintres ainsi que le réservoir d’huile pour un revêtement classique gris ardoise.

« Je me suis alors décidé à fabriquer un cache latéral sur-mesure sur le côté gauche pour compenser le réservoir d’huile d’origine sur la droite. La forme du cache vient en prolongement de la couture de la selle en cuir noir que nous avons fabriquée à la main pour ce projet », raconte Samuel.

Quelques peintures époxy plus tard, le moteur achevé et le cadre étaient prêts à être réunis. La préparation a amélioré les fonctions respiratoires : les carburateurs sont adaptés aux filtres à air Uni Filter tandis qu’à l’autre extrémité un collecteur 4-en-1 Cycle X et un silencieux inox Cone Engineering ne font qu’une bouchée de l’échappement. Des bobines d’allumage haute tension et un système d’allumage électronique complètent le tout et permettent de tirer le meilleur des améliorations sensibles de Samuel.

« Je voulais garder un profil bas », dit Samuel, « de sorte que la fourche standard à l’avant a été raccourcie de presque 8 centimètres et améliorée avec un jeu de ressorts progressifs. Des amortisseurs progressifs prennent soin de l’arrière de la même manière et une paire de pneus Continental Classic Attack équipe les jantes fraîchement revêtues de peinture époxy. »

Garder svelte une moto comme celle-ci exige une bonne réflexion pour le câblage et l’électricité. Sur cette machine, Samuel a utilisé un m-Unit de Motogadget qui envoie le jus via le nouveau câblage à l’endroit où il faut tandis qu’un compteur Motoscope Tiny et un subtil commodo m-Switch, toujours de Motogadget, permettent de gérer tout cela au poste de pilotage.

« Ce n’est pas une transformation hardcore comme d’autres que j’ai pu faire », dit Samuel, « mais c’est un bon exemple de café racer bien proportionné qui peut être réalisé avec un budget limité. »

Quelle sera la prochaine étape de Clockwork Motorcycles ? Seul le temps nous le dira.

Traduction de « The Phantom – Clockwork Honda CB750 » © Return of the Cafe racers

Et vous, vous en pensez quoi ?