Triumph Thruxton Icon 1000

Quand les gars d’ICON 1000 ne conçoivent pas d’équipement, ils travaillent sur des motos. Les customs qui sortent de leur bastion de Slabtown (1) mélangent des touches rétro avec les technologies du futur, un cocktail bizarre qui, étrangement, fonctionne. Ce Triumph Thruxton est la dernière œuvre de l’équipe de Portland dans l’Oregon, dirigé par le directeur du design Kurt Walter. Et elle a l’un des meilleurs noms jamais donné à un custom : Three Martini Lunch.

C’est un modèle de 2014 et les touches rétro sont bien plus prononcées que sur les constructions précédentes. Mais 3ML (2) conserve un style décalé et évite les clichés habituels des customs avec son look trapu et tranchant, plus du milieu des années 80 que de la période Ace Café. C’est un hommage débauché et semi-caréné aux machines vintage et un frère du Sportster Iron Lung conçu il y a trois ans. L’inspiration, croyez-le ou non, vient d’une Pontiac Firebird de 1968.

Triumph Thruxton by Icon 1000 : les caractéristiques

La peinture inhabituelle, proche du British Racing Green, mais pas tout à fait, est Verdoro Green, une couleur utilisée à la fin des années 1960 par General Motors.

« La couleur a été volée à la seule Pontiac qui n’ait jamais comptée et appliquée à cette allumeuse d’anglaise dans un garage humide en forêt, » nous dit-on.

Mécaniquement, il y a eu un important travail réalisé. Le moteur est maintenant un élément porteur étant donné que la partie inférieure du cadre a été retirée. Il y a des nouveaux freins de chez EBC et une suspension unique sur le côté avec un amortisseur exclusif de Nitron. Juste au-dessus, il y a les pots d’échappement qui se cachent sous le dosseret, protégé par un bouclier thermique modifié de Panigale.

Et puis, bien sûr, il y a ces jantes de Kawasaki KZ1000 d’un style années 70 fortement assumé, chaussées de pneumatiques Avon, mais nous y reviendront plus tard… Il est temps d’envoyer un petit mot à Kurt Walter et de creuser un peu plus dans les détails.

Three Martini Lunch apporte une rupture de style par rapport aux précédentes bécanes d’ICON 1000. Faut-il en déduire quoi que ce soit ?

Le projet initial est une collaboration avec Triumph North America sur une plateforme Thruxton de 2014. Nous voulions construire un custom qui ferait appel à leur cœur de marché mais en continuant avec le style compétition et les composants habituels des motos ICON 1000. Ne vous inquiétez pas, nous reviendrons bien assez tôt aux apocalyptiques sportives des années 80.

D’où vient le nom ?

Nous allions utiliser le nom « Olive-Garde » comme dans le jeu Avant-Garde mais peint dans la police de caractères Olive Garden (3). Ensuite, nous avons réalisé que nous allions probablement être poursuivis en justice. Nous avons donc commencé une séance de brainstorming aidés des bouteilles de gin de l’atelier et des vapeurs de peinture…

Fixer les jantes de KZ1000 sur la fourche Harley puis sur le cadre n’a pas dû être une sinécure. Pouvez-vous détailler les aspects techniques de cette opération ?

J’ai toujours aimé les jantes massives en alu des KZ. Le plus gros problème est que je voulais des roues de 16 pouces à l’avant et à l’arrière. Nous avons donc dû utiliser une roue arrière pour le montage à l’avant ce qui a exigé un travail de soudure dans le moyeu. La largeur de la roue a nécessité un avant de Harley Wide Glide conduisant alors à un important remaniement du carénage avant pour dégager tout l’ensemble.

D’où vient le carénage ?

C’est une pièce de chez Air-Tech Streamlining dénichée sur une Ducati MH900e. Nous l’avons découpée et nous avons fabriqué les carénages latéraux qui la relient avec le réservoir qui provient d’une Yamaha FZ-600. Le fond du réservoir a été fortement modifié pour faire place à l’échappement qui court sur le dessus du moteur. (Oui, ça chauffe beaucoup.) La coque arrière est aussi une pièce modifiée de chez Air-Tech pour Harley et le phare est, en fait, un feu antibrouillard en aluminium moulé qui équipe les camions d’exploitation forestière du Nord-Ouest.

C’est une construction curieusement enivrante qui bouscule juste assez les lignes classiques du café racer pour créer quelque chose de nouveau, sans toutefois perdre son objectif. Et bien sûr, il y a un génial court métrage assorti.

Traduction de « Three Martini Lunch: ICON 1000’s mean green Thruxton » ©BIKEEXIF


Crédits Photos ©Icon Motosports


Notes
(1) Slabtown : Quartier de Portland dans l’Oregon
(2) 3ML : Three Martini Lunch
(3) Olive Garden est une chaîne de restaurants américaine, spécialisée dans la cuisine italo-américaine. La chaîne appartient à Darden Restaurants et est basée à Orlando en Floride. (Source : Wikipédia)

Et vous, vous en pensez quoi ?