HD Sportster XL1200 by Tin Shack Restoration

À l’écoute de…
The BCBB Further On Up The Road
Album : The Broken Circle Breakdown (2013)


Dans la ville de Shelburne, dans le Vermont, située au bord d’un lac, il y a un vieux hangar d’avions bourré de vieilles Land Rover en attente de restauration. C’est la maison de Colby Morris, le propriétaire de « Tin Shack Restoration » et d’un mode de vie qui nous rend vert de jalousie. Lorsqu’il ne rafraîchit pas les vieilles Land Rover, Colby aime travailler sur des bécanes. Il s’agit de son dernier projet, un Harley Sportster XL1200 traité à la manière d’un street tracker.

« J’étais à la recherche d’un vieux Triumph pour le transformer en bobber, un peu semblable à ce que Atom Bomb ou The Factory Metal Works pourrait réaliser », nous dit Colby. « Mais je n’ai cessé de courir après une cause désespérée : des Triumph du début des années 70, littéralement en morceaux, avec des propriétaires qui pensent qu’elles valent cinq à dix mille dollars. Très frustrant. »

Alors, Colby a commencé à prêter attention aux Sportster en vente et en bon état pour un budget des plus resserré. Quand un modèle de 1998 fut en vente à la concession Ducati locale, il s’est précipité. Colby avait déjà réalisé des Triumph dans le passé mais un tracker sur une plateforme Harley c’était une tout autre affaire.

« Alors, j’ai contacté Richard « Mule » Pollock pour obtenir des pièces, des orientations et des conseils. Il a été incroyablement généreux de son temps et de ses connaissances. »

Crédits Photos ©SamAdams88

HD Sportster XL1200 by Tin Shack Restoration : les caractéristiques

Le Sportster était en bonne condition avec seulement 13500 kilomètres au compteur, le moteur Evolution était à peine rodé. Donc, Colby lui a donné un coup de fouet avec l’installation d’un carburateur Mikuni HSR 42 qui améliore la puissance de 12 chevaux. Une solide étincelle provient d’un kit d’allumage Dyna 2000 avec une bobine Dyna Twin Fire et des fils de bougies Sumax ThunderVolt. Les gaz sortent par des tuyaux d’échappement en serpentin, fabriqués par Colby, avec un revêtement en céramique pour maintenir la chaleur.

Le moteur semble spectaculaire mais c’est l’avant qui a subi le plus lourd travail. Colby a greffé une fourche de Suzuki GSX-R 750, fournie par Mule, et solidement attachée avec un té supérieur fabriqué par Tri-Angle Metal Fab. Mule a aussi fourni le guidon en acier inoxydable avec sa courbe de street tracker ainsi que le phare. Le système de montage est une production commune de Mule et Joker Machine.

Les jantes sont de 19 pouces, toutes deux élargies par Kosman Specialties et parfaites pour la ligne d’un tracker. La roue avant provient d’une Kawasaki KZ400 et la roue arrière d’une Harley XLCR de la fin des années 70. Mule a fourni les moyeux, les entretoises et les disques pour s’assurer d’un bon ajustement et les pneus sont les cerceaux emblématiques de flat track DTR-1 de Maxxis. Chainsikle a fourni les commandes reculées.

Pour obtenir une symétrie dynamique (et visuelle), Colby a déplacé les points d’ancrage des amortisseurs vers l’avant d’environ 8 centimètres et a installé un jeu de G3-S fourni par Race Tech Suspension. La nouvelle carrosserie bannit les derniers vestiges du style cruiser. Le réservoir en aluminium vient de Storz et il y a une nouvelle boucle supportant une coque arrière First Klass Glass (Un discret feu arrière à LED de style Lucas de Joker Machine est caché dessous).

Le pilote est assis sur une selle Saddlemen qui à l’aspect d’une pièce de moto d’usine et il y a un solide réservoir d’huile de Mooneyes juste en dessous. Après avoir fabriqué et ajusté tous les petits détails comme des supports, des plaques et un garde-boue arrière, Colby a expédié la carrosserie pour la peinture. Autobahn Body Works a appliqué un simple camaïeu en utilisant les couleurs « Pepper White » des Mini et un noir de BMW.

Le seul éclat de couleur sur la moto est la chaîne dorée qui remplace la courroie et le lettrage à la main par Charlie Decker de Bandit Pinstriping.

« Contrairement au bobber que j’avais prévu de construire, je voulais que ce Sportster soit une moto que vous pouvez piloter pendant plus de trente minutes », dit Colby, « et pousser un peu fort sur les routes de montagne du Vermont ».

C’est exactement ce qu’il a fait et c’est l’un des plus impressionnants street tracker Harley que nous ayons jamais vu. Nous parions que même les gens qui évitent le style de Milwaukee aimerait l’avoir dans leurs garages.

Traduction de « A Harley street tracker built to rip up Vermont mountains » ©BIKEEXIF

Et vous, vous en pensez quoi ?