BMW R75/5 Hookie Co.

Nous aimons voir les bécanes personnelles des préparateurs. La plupart de ces gars passent leurs journées à lutter contre les restrictions imposées par des travaux commandés. Il est donc intéressant de voir leurs choix et leurs prises de décisions lorsque le projet est totalement ouvert.

Cette BMW R75/5 appartient à Nico Mueller de Hookie Co. en Allemagne. C’est un mélange d’améliorations intelligentes, de discrets réglages et d’une délicieuse patine mais pas trop fantaisiste pour être pilotée sur la neige en hiver à Dresde, avec des températures moyennes autour de O° Celsius.

Un vieux boxer semble être un point de départ évident, étant donné la popularité actuelle de ce modèle, mais Nico nous explique que ce n’était pas son premier choix.

« Avant, je roulais sur une Harley-Davidson Shovelhead de 1977 », dit-il. « Un son parfait et une position parfaite, mais pas la bécane parfaite pour moi. » « La décision de passer d’une Harley à BMW était vraiment un grand changement pour moi. Je suis un grand fan d’antiquités américaines et j’adore la scène chopper et bobber. Mais le fait que je passais plus mon temps à réparer le Shovel qu’à le conduire était vraiment ennuyeux. »

« Alors j’ai trouvé ma BMW R75/5. Elle était restée près de dix ans dans un atelier de menuisier et était recouverte de sciure de bois. Mais le kilométrage était faible et d’origine, c’était une première main et elle présentait bien, une base parfaite pour un nouveau projet. Mon intention était de construire un tracker BMW avec sa patine, qui fonctionne parfaitement et semble authentique. Oui, je sais, une BMW de 1973 en tant que tracker n’est pas forcément évident, mais pourquoi pas ? »

BMW R75/5 by Hookie Co. : les caractéristiques

La première étape consista à rectifier la ligne de la BMW. La fourche fut abaissée et reconditionnée avec des ressorts progressifs et un jeu d’amortisseurs plus courts est allé à l’arrière. La boucle arrière a ensuite été coupée et redessinée avec un certain angle pour laisser place à un garde-boue arrière compact.

Le goût personnel de Nico transparaît dans le choix de la selle :

« La combinaison d’un coussin passager avec une selle solo est ma préférée », dit-il.

Celle-ci vient de Easyriders au Japon et termine joliment l’extrémité arrière.

Crédits Photos ©David Ohl

À l’avant, il y a un vieux réservoir de carburant provenant d’une Zündapp. Il a été modifié pour s’adapter mais en accord avec la philosophie de Nico de ne pas trop parfaire la moto, toutes ses bosses ont été laissées telles quelles. Il y a une nouvelle couche de peinture et une finition noire brillante assez chic avec un liseré blanc. Un guidon flat track avec des poignées Renthal (1), des leviers originaux BMW et des commutateurs Hella complètent le poste de pilotage. Les plaques numéro réalisées en aluminium de 2 mm viennent parfaire le style.

Quand est arrivée la partie mécanique de la préparation, le choix de Nick d’un boxer pour sa fiabilité a été récompensé.

« Le moteur est exactement comme je l’ai récupéré et il fonctionne parfaitement, » dit-il. « Nous avons reconditionné les carburateurs Bing tout en conservant leur patine et les avons combinés avec des filtres à air K&N pour obtenir une petite amélioration au niveau de la performance. »

Les silencieux sont faits sur mesure, en acier inoxydable. Ils ont été conçus comme des slip-on et nous donne l’impression que la moto n’a pas de silencieux, alors qu’ils possèdent des chicanes à l’intérieur.

Sous le capot, il y a un tout nouveau circuit électrique. Nico s’est résolu également à démarrer au kick, à chaque fois, le vieux moteur airhead. Il a supprimé le démarreur. Cela lui a donné plus d’espace pour cacher les composants électriques et la capacité de faire fonctionner une batterie au lithium-ion à 4 cellules d’Antigravity. (Les BMW série R ont généralement besoin d’une batterie de douze cellules pour fonctionner). Les autres éléments électriques incluent de minuscules clignotants à LED à l’avant et des feux/clignotants combinés à l’arrière. Il n’y a nulle part où mettre une clé cependant.

« Nous avons installé un simple commutateur avec les paramètres RUN et OFF », explique Nico, « et c’est parfait pour moi, car je n’aime pas avoir trop de clés sur mon porte-clés. »

Même les pneus sont un choix exceptionnellement intelligent : Nico a opté pour un obscur jeu de Duro HF308 qui correspondent à la bande de roulement du classique Pirelli MT-53.

Nous sommes fans du travail de Hookie Co. depuis un certain temps. Comme toutes leurs constructions, ce BMW R75/5 est charmant et sans prétention, et c’est une machine avec laquelle nous pourrions facilement rouler tous les jours. Sauf peut-être dans la neige…

Traduction de « All About The Patina: Nico Mueller’s BMW R75/5 » par Wesley Reyneke ©BIKEEXIF


Notes
(1) Sur le site de Hoockie Co., ils indiquent des poignées Biltwell Kung Fu mais les photographies laissent apparaître des poignées Renthal Original.

Et vous, vous en pensez quoi ?