Norton Lightweight DellOrto Ron Wood

À l’écoute de…
NANCY SINATRA Bang bang (My Baby Shot Me Down)
Album : Sand (1966)


En ce moment, aux États-Unis, ça chauffe sur les pistes de flat track. Indian a rejoint la mêlée et apporte une concurrence sérieuse à Harley-Davidson. La catégorie Super Hooligan, conçue par Roland Sands et ouverte à des préparations homologuées, prend de l’ampleur. Et les préparateurs du monde entier lorgnent sur les flat track pour l’inspiration. Si vous êtes l’un de ces constructeurs, vous trouverez ici la plus grande dose d’inspiration. C’est la Norton « Lightweight » Dell’Orto de Ron Wood, appartenant à Jamie Waters, et l’archétype du style flat track rétro.

Jamie, âgé de 41 ans, a de l’essence qui circule dans les veines depuis l’enfance. Et même le fait de passer de la Géorgie rurale à la Californie, puis à la ville de New York, n’a pas atténué son enthousiasme. Il est partenaire aux USA avec le fabricant de vêtements REV’IT! et sa passion pour les motos anciennes le mène à participer à des courses en catégorie AHRMA.

Mais revenons à la bécane, magnifiquement capturée par le photographe Douglas MacRae. Toute personne ayant le moindre intérêt pour l’histoire du flat track aura entendu parler de la légendaire Norton « Big Tube » rouge. Ron Wood a construit le premier modèle vers 1971 ou 1972 et le second quelques années plus tard (1). Dans le même temps, il a construit la « Lightweight » gagnante au National que nous avons sous les yeux, avec une épine dorsale et un double berceau inférieur conçus pour (vous l’avez deviné) réduire le poids. Jamie a acheté directement la « Lightweight » à Ron, après qu’ils se soient rencontrés au Legend Of The Motorcycle il y a près de dix ans, où Jamie présentait sa Norton « Big Tube » Ron Wood non restaurée.

Crédits Photos ©Douglas MacRae

« Je considère les Norton de Ron Wood comme des machines séminales d’un âge d’or du flat track américain, quand un pilote privé pouvait rivaliser et gagner sur son ingéniosité et sa détermination », déclare Jamie. « Les bécanes de Ron Wood se révèlent magnifiquement et restent surprenantes aujourd’hui, 40 ans ou plus après avoir quitté la compétition ».

Bien que les machines de Wood n’étaient pas des motos « d’usine », elles battaient régulièrement les machines officielles de Norton et sa victoire au AMA National en 1978 n’était que la deuxième par un bicylindre Norton.

« Selon toute vraisemblance, Ron consacrait plus de temps, d’argent et d’amour dans ses motos que l’équipe d’usine », explique Jamie. « Sa réputation en tant que constructeur lui a également donné accès aux meilleurs pilotes comme Dave Aldana, Rob Morrison, Alex Jorgensen et Gary Fisher. »

Norton « Lightweight » Dell’Orto de Ron Wood : les caractéristiques

Sur la « Lightweight », Wood est resté sur sa configuration préférée avec une fourche et des tés Ceriani, communément utilisés sur les motos de flat track de l’époque. Les roues sont des pièces en alu « Barnes » de 19 pouces et la ligne d’échappement a été constituée par Axtell pour compléter son travail sur les cames et la culasse (2). Bien que les deux motos « Big Tube » utilisaient des réservoirs de Norton Hi-Rider Commando, la « Lightweight » a obtenu son réservoir d’une Yamaha DT des années 1970.

Les Norton de Wood étaient toujours à quelques chevaux sous les Harley et Yamaha d’usine de l’époque. Mais il les maintenait compétitives avec une habile ingénierie, y compris une capacité à transmettre plus de leur puissance à la piste que beaucoup d’autres machines.

À la seconde moitié des années 1970, Wood avait besoin d’une machine encore plus légère avec un peu plus de puissance. Arrive la « Lightweight », avec un poids de 122 kilos, près de 18 kilos de moins qu’une Harley XR. Les carburateurs sont des pompes Dell’Orto de 36 mm (3), d’où le logo sur le réservoir, et les pistons sont des Hepolite. En compétition, ceux-ci ont varié en compression entre 9,5 et 10,5:1, la compression inférieure étant utilisée pour les courses sur plus longues distances. Les bielles sont des Norton standards et le vilebrequin est entièrement taillé dans la masse. La puissance a été augmentée de six chevaux par rapport aux modèles « Big Tube », avec 83 ch à 7 500 tr/min à la roue arrière, grâce en partie à une course légèrement plus courte dans le moteur.

Les modifications ont fonctionné, et aux mains du futur membre de l’AMA Hall of Fame, Alex Jorgensen, la Norton de Ron Wood a remporté le AMA National à Ascot en 1978, ce qui en fait la dernière Norton à remporter un événement AMA Grand National Flat Track.

La définition littérale de « Looks good, going fast », n’est-ce pas ?

Traduction de « Iconic: The Ron Wood Lightweight Dell’Orto Norton » ©BIKEEXIF


Notes
(1) (2) Pour plus de précisions, vous pouvez vous référer à l’article de Machines et Moteurs : La Norton de Ron Wood
(3) Carburateurs Dell’Orto de 36mm ou de 38mm comme indiqué sur le site de Machines et Moteurs ? La question reste posée.

Et vous, vous en pensez quoi ?