Moto Guzzi Nevada by Rua Machines

Nous avons passé un tel bon moment pour notre manifestation que nous avons oublié le plus grand événement custom au Portugal, Lisboa Art & Moto, qui a eu lieu le même week-end de mai. Ce qui est impossible à oublier, c’est l’impact des constructeurs portuguais sur la scène européenne au cours des dernières années. J’ai mes propres théories et quelques habitants de Lisbonne et Porto ont partagé les leurs mais pour l’instant disons simplement qu’il doit y avoir quelque chose dans l’eau.

Rua Machines doivent en boire des litres car ils n’ont pas encore échoué en nous envoyant des photos de bécanes qui ne provoqueraient pas un enthousiasme immédiat. Je ne suis pas sûr de leur devise, mais simple, propre et élégant couvrirait tout ce qu’ils ont construit à ce jour. Et cette Moto Guzzi Nevada n’est pas sur le point de bouleverser ce schéma.

Moto Guzzi Nevada by Rua Machines : les caractéristiques

La RUA*8 a commencé comme un modèle de 750 cm³ humble (et assez laid) de 1996 et les pièces merdiques, usées et disgracieuses ont été virées pour révéler la beauté profonde de la Guzzi. Le réservoir d’origine, curieusement monté, a heureusement disparu, au profit d’un modèle de Ducati 350GT, qui s’adapte parfaitement aux lignes de la moto et je suis sûr que la ressemblance avec les cache-culbuteurs n’est pas un accident.

Un demi-carénage à la mode Avon et un dôme de phare Rickman-esque approprié impriment la marque des années soixante-dix et ramènent l’aspect général deux décennies en arrière. Les bracelets de guidon résident derrière l’écran et contrôlent la fourche, reconditionnée bien sûr, et plus rigide grâce à un té poli.

Crédits Photos ©Rua Machines

Le compteur tout-en-un Chronoclassic à fond blanc de Motogadget prend en charge l’instrumentation du poste de pilotage et les poignées traditionnelles en gomme ainsi que le rétroviseur d’embout de guidon achèvent parfaitement le style.

Le dosseret et le fond de selle en fibre de verre ont été fabriqués en interne reflétant aussi bien les lignes légèrement abruptes du réservoir ainsi que les courbes du carénage. Un simple feux arrière est incrusté dans le dosseret et des clignotants de type « Bullet » s’occupent du reste.

La selle est également une affaire artisanale, littéralement, car une pauvre vache a donné sa peau pour offrir un endroit attrayant pour s’asseoir. D’un brun riche et correctement rembourrée, il semble que le confort et le style se soient combinés dans la même mesure.

Une fois le fardeau pesant du faux cruiser enlevé, les cardans de la Nevada 750 cm³ font le plein de punch pour un café racer rétro inspiré. Un grand filtre K&N sonnera très bien et libérera un brin de puissance supplémentaire par les collecteurs inoxydables et les exclusifs silencieux suspendus. Les Brembo d’origine et les gommes modernes sur des roues reconditionnées devraient tirer le meilleur parti de ce qui est mécaniquement un ensemble vraiment formidable.

La position ridicule des repose-pieds sur la bécane d’origine est remplacée par de belles commandes reculées qui, avec les tés de fourche, le démarreur, les supports de suspension arrière, les étriers et le carter de l’allumage ont été traités avec une finition en argent plus foncée, presqu’en gris titane, contrairement à l’alliage étincelant et l’acier inoxydable poli sur le reste de la moto.

En ce qui concerne la couleur finale, je ne suis pas sûr de connaître le code de peinture utilisé mais je vais essayer de répondre avec Porsche Radium ou peut-être Ice Green comme sur les 356 et les modèles 911 du début… ou est-ce Aston Martin Kent Green… mon écran n’a pas subi d’étalonnage depuis longtemps. Quoi qu’il en soit, c’est charmant.

Si vous avez la chance de vous diriger vers le Wheels & Waves cette semaine, gardez un œil sur cette moto et félicitez Armando, Victor et Marco pour ce travail très bien fait.

Traduction de « Rua Machines *8 Guzzi Nevada » par Ross Sharp ©The Bike Shed

2 pensées sur “Moto Guzzi Nevada by Rua Machines”

Et vous, vous en pensez quoi ?